Enjoy the best | A C C E S S vous offre sa sélection exclusive des meilleures adresses
Villas, Hôtels, Restaurants, Plages, Shopping, Services...

Le mag

SHOPPING

EXECUTIVE SKELETON TOURBILLON

Ulysse Nardin se démarque de plus belle avec sa toute nouvelle montre Executive Skeleton Tourbillon : une pièce haut de gamme qui se distingue par sa performance et son design audacieux. Tout en transparence, ce design épuré et puissant dévoile un fonctionnement interne complexe : numéros romains et index surdimensionnés, épées en guise d’aiguilles et pont rectangulaire qui vient renforcer l’architecture moderne du cadran.

Les caractéristiques : Boitier en titane de 45 mm, lunette en céramique satinée, bracelet en cuir effet carbone bleu et calibre squelette animé par le mouvement manufacture UN-171

Les points forts : tourbillon de fabrication suisse et rythmé par un spiral en silicium 

Le plus : réserve de marche de 7 jours soit près de 170 heures, pièce ultra légère au design épuré et puissant, étanchéité de 30 m

Prix : 38 000 €

 

Produit disponible à :

Saint-BarthDIAMOND GENESIS, Rue de la République, Gustavia

Monaco : KRONOMETRY 1999, Le Régina 13 Boulevard des Moulins

Genève : ULYSSE NARDIN, 29, Quai des Bergues

SHOPPING

BREGUET : MARINE EQUATION MARCHANTE 5887

Tout au long de sa carrière, A.-L. Breguet ne cesse de démontrer son exceptionnelle maîtrise de la mesure du temps. Son implication et ses développements révolutionnaires lui valent reconnaissance et honneurs. Réputé dans toute l’Europe, Breguet trouve en Louis XVIII, roi de France, un admirateur actif. En 1814, ce dernier le nomme membre du Bureau des longitudes de Paris. Créé en 1795 par la Convention nationale, cet organisme a pour vocation le perfectionnement des diverses branches de l’astronomie et leurs applications à la géographie, la navigation et la physique du globe. Parmi ses attributions, on trouve la publication annuelle de documents de référence tels que les éphémérides astronomiques. Institution prestigieuse, le Bureau des longitudes comprend des géomètres, des astronomes, des navigateurs et des artistes-adjoints, soit une vingtaine de membres au total. Seul représentant de sa profession si utile aux physiciens et aux navigateurs, Breguet devient l’horloger de référence, notamment pour le calcul des longitudes en mer. En prolongement de cette distinction, par ordonnance du 27 octobre 1815, Louis XVIII décerne à A.-L. Breguet le titre officiel d’Horloger de la Marine royale. Ce titre est le plus prestigieux de ceux qu’un horloger peut recevoir tant la notion même d’horlogerie de marine implique de compétences scientifiques. Il revêt de plus une véritable fonction primordiale pour le pays. A cette époque, les chronomètres de marine sont d’une importance capitale pour les flottes puisqu’ils permettent de calculer la position des navires.

Dans le sillage de cet héritage unique, la Maison Breguet lance aujourd’hui en exclusivité mondiale le modèle Marine Équation Marchante 5887. Cette Grande Complication marque le début d’une nouvelle ère pour la ligne contemporaine Marine.

L’équation du temps est l’une des complications horlogères les plus rares et les plus fascinantes. Elle permet d’afficher la différence entre le temps solaire moyen – heures et minutes civiles – et le temps solaire vrai – heures et minutes solaires.

Depuis l’Antiquité, le soleil a été utilisé comme base de temps. Toutefois, le mouvement apparent du soleil – le temps solaire vrai indiqué par les cadrans solaires – n’est pas régulier. Avec l’amélioration de la précision horlogère, les montres et les horloges sont devenues la base du temps et le temps solaire vrai a été remplacé par le temps solaire moyen où tous les jours, égaux, durent 24 heures. Le temps solaire moyen peut avoir un retard allant jusqu’à 16 minutes par rapport au temps solaire vrai, ou une avance jusqu’à 14 minutes. Quatre jours par an seulement, les deux temps ont une même valeur. Les différentes positions du soleil dans le ciel se reproduisant de manière identique aux mêmes dates, il est possible pour les horlogers de les « programmer » à l’aide d’une came spéciale. En forme de 8, celle-ci reproduit mécaniquement le tracé des positions du soleil dans le ciel, l’analemme. Requérant une exécution extrêmement précise, la came est couplée à un palpeur qui entraîne un levier d’équation permettant d’afficher l’indication de la différence entre heure civile et heure solaire (-16 à +14 minutes). Cette lecture se fait en général sur un secteur ou cadran subsidiaire. Il incombe alors à l’utilisateur d’additionner ou de soustraire mentalement l’écart affiché par rapport à l’heure moyenne afin de connaître l’heure solaire vraie. La nouvelle Marine Équation Marchante de Breguet surpasse ce principe. Elle indique simultanément l’heure civile et l’heure vraie à l’aide de deux aiguilles des minutes distinctes.

L’aiguille solaire marchante, décorée d’un soleil doré facetté, propose une lecture directe des minutes du temps solaire ; elle offre confort et gain de temps. Cette simplicité apparente cache une réalisation ardue que peu d’horlogers sont capables d’accomplir. L’aiguille des minutes solaires doit en effet répondre à deux impératifs : il lui faut évoluer de façon conventionnelle sur le cadran, à l’instar de l’aiguille des minutes civiles, mais elle doit également se décaler chaque jour de cette dernière d’une valeur variant selon l’analemme afin d’afficher l’équation du temps. Ce résultat, Breguet a pu l’obtenir en dotant son aiguille solaire marchante d’un rouage différentiel animé par deux sources de rotation fonctionnant en totale indépendance ; la rotation des minutes civiles et celle commandée par le levier en contact avec la came d’équation, qui, elle, effectue un tour par année. Breguet a développé une came d’équation d’une extrême finesse supportée par un disque en saphir transparent servant également à la correction de l’équation du temps par mois.

A la complexité apportée par l’indication de l’équation marchante s’ajoute tout naturellement sur cette Grande Complication un quantième perpétuel. Deux guichets, l’un situé entre 10h et 11h, l’autre entre 1h et 2h, font respectivement défiler les jours de la semaine ainsi que les mois et l’année bissextile. Le quantième est affiché à l’intérieur du tour d’heure, à l’aide d’une aiguille rétrograde terminée par une ancre et parcourant un arc de cercle de 9h à 3h. La répartition de l’ensemble des informations sur le cadran a été étudiée avec soin pour permettre une lecture en ligne simple et intuitive tout en offrant une esthétique irréprochable.

Basée sur le calibre automatique 581DR, la nouvelle Marine Équation Marchante de Breguet renferme une troisième complication, et non des moindres : elle est dotée d’un tourbillon 60 secondes dont la cage en titane abrite un balancier Breguet à spiral en silicium. Cette caractéristique innovante permet notamment au balancier d’atteindre une fréquence de 4 Hz tout en conservant une réserve de marche particulièrement confortable, sur une pièce automatique. Affichée dans un guichet entre 7h et 9h, celle-ci dispose d’une autonomie de 80 heures.

L’ingéniosité de cette pièce spectaculaire est soulignée par le précieux savoir-faire des artisans de la Maison Breguet. Côté face, le cadran présente deux types de guillochages, dont un motif « vagues » conçu pour cette nouvelle création. La mention « Marine royale » est gravée sur la barrette de tourbillon, dont l’exécution attire immanquablement le regard. Au dos de la montre, les ponts, visibles sous un fond saphir, ont été délicatement ciselés pour représenter dans les moindres détails le « Royal Louis », vaisseau de premier rang de la Marine royale française. Le barillet est quant à lui décoré d’une rose des vents, en référence à la navigation astronomique. Grâce au positionnement savamment réfléchi de la masse oscillante en périphérie du calibre, le mouvement automatique ainsi décoré déploie toute sa splendeur.

Garde-temps somptueux, la nouvelle Marine Équation Marchante de Breguet donne le ton. Elle arbore de nouveaux codes esthétiques qui lui confèrent une allure moderne et dynamique : des cornes centrales mariant surfaces polies et satinées, des cannelures plus ouvertes, aux flancs visibles, une couronne surmontée d’un « B » poli sur fond sablé, ainsi qu’un décor de couronne en forme de vagues anglées et satinées. Cette Grande Complication est proposée dans une boîte de 43,9mm de diamètre en or rose ou en platine. Le modèle en or rose comporte un cadran argenté et un mouvement anthracite, tandis que celui en platine arbore un cadran bleu et un mouvement rhodié. Toutes deux grandioses, ces pièces ont pour maîtres mots élégance, lisibilité et équilibre.

Boîtier en platine 950 à carrure cannelée. Fond saphir. Diamètre 43,9mm. Etanche à 10 bar (100m).

Cadran bleu en or, guilloché à la main. Individuellement numéroté et signé Breguet. Tour d’heures en chiffres romains et repères luminescents. Aiguilles Breguet à « pomme » en or 18 carats facettées, avec matière luminescente. Aiguille des minutes solaires avec soleil doré facetté. Guichet des jours entre 10h et 11h. Guichet des mois et des années entre 1h et 2h. Quantième rétrograde sur un arc de cercle de 9h à 3h. Indication de la réserve de marche dans un guichet entre 7h et 9h.

Mouvement mécanique à remontage automatique avec équation du temps marchante, quantième perpétuel, tourbillon et réserve de marche de 80 heures, cal. 581DPE. Numéroté et signé Breguet. Petite seconde et came d’équation sur l’axe du tourbillon. 16¾ lignes.
57 rubis. Roue d’échappement en silicium et ancre de côté inversée avec cornes en silicium. Spiral en silicium. Fréquence 4 Hz. Ajusté dans 6 positions.

Bracelet en alligator avec boucle déployante en or.

Disponible également en or rose 18 carats avec cadran en or argenté et mouvement anthracite

 

SHOPPING

LE TEMPS DE L'ENGAGEMENT

À l’occasion de la 7ème édition d’Only Watch, Jaquet Droz présente un exemplaire exceptionnel de la Grande Seconde Décentrée vendu au profit de la lutte contre la myopathie de Duchenne. 

Le temps, c’est de la générosité. Ce crédo, Jaquet Droz le défend depuis toujours, en s’associant à Only Watch, biennale caritative de pièces horlogères uniques vendues au profit de la recherche sur la myopathie de Duchenne, une affection grave des muscles et de l’appareil cardiaque. Convaincue qu’un médicament sera un jour disponible, la Marque aux deux étoiles s’engage dans cette voie en dévoilant une Grande Seconde Décentrée en édition unique. 

Modèle légendaire jouant avec le chiffre 8, symbole d’infinité et de complétude devenu l’un des codes de Jaquet Droz, la Grande Seconde est ici revisitée sur fond de cuprite. Découverte au milieu du XIXème siècle, cette pierre riche en oxydes de cuivre suscite évidemment une rêverie astronomique, lorsque l’œil se plaît à y voir la planète Mars. Son rouge ardent incarne ici toute la passion investie dans ce garde-temps et dans le projet porté par Only Watch. 

Savoir-faire entretenu par Jaquet Droz, la taille de cadrans minéraux est un exercice d’une grande délicatesse. Chaque inclusion, chaque veine, chaque détail du cadran fait de facto de chaque montre un chef-d’œuvre singulier. Mais la Grande Seconde va plus loin encore : les deux compteurs traditionnellement alignés sur un axe douze heures-six heures sont ici décentrés, apportant un dynamisme inédit à ce tableau d’une grande pureté. La finesse des rehauts cerclés en or répond à celle des aiguilles et de la majestueuse trotteuse, tandis que la couronne déplacée à quatre heures signe à son tour un twist esthétique millimétré. 

Véritable spectacle visuel, cette Grande Seconde est équipée d’un mouvement à mécanisme automatique dont le spiral et les cornes d’ancre en silicium, matériau insensible aux chocs, aux écarts de température et de pression et aux champs magnétiques, participent à la fiabilité plus que parfaite de la montre. Dotée d’une réserve de marche de 68 heures, la Grande Seconde Décentrée marie au pourpre de la cuprite la lueur de l’or rouge du boîtier de 43 mm de diamètre et le noir onctueux de son bracelet en alligator. Gravée à la main des mentions « 1/1 » et « Only Watch 2017 Cuprite », la Grande Seconde Décentrée sera présentée fin septembre, à l’occasion du Monaco Yacht Show. Elle participera ensuite à l’exposition itinérante destinée à un public international de connaisseurs engagés, avant d’être proposée aux enchères à Genève le samedi 11 novembre prochain.  

„Some watches tell time, some tell a story“

SHOPPING

Runabout : hommage à une ère d’élégance

Frédérique Constant lance deux nouveaux modèles Runabout, en hommage aux élégants bateaux Riva qui distinguaient la bonne société des années 1920. 

Un Partenariat qui Dure 

En 2009, Frédérique Constant a entamé sa collaboration avec la Riva Historical Society aux côtés de Piero Mario Gibellini et Carlos Riva, dont l'objectif est de promouvoir la conservation des bateaux Riva encore en circulation dans le monde en aidant leurs propriétaires à préserver au mieux leur prestigieuse embarcation. Avec le lancement de ces deux nouvelles montres, Frédérique Constant honore cet engagement visant à perpétuer le nom Riva et ce qu’il symbolise. 

De la Mer à la Terre 

La même année, Frédérique Constant lançait son premier modèle Runabout, en hommage aux légendaires bateaux de sport éponymes des années 1920. Considérés comme la fine fleur des bateaux de type Runabout en Europe, les bateaux Riva étaient rapides et puissants. De dimensions modestes, ils pouvaient accueillir de quatre à huit personnes. Un parfait moyen de locomotion pour les activités de plaisance telles que la pêche, les sports nautiques ou la croisière. Les bateaux Runabout Riva ne pouvaient qu’inspirer des montres au design élégant et racé, typiques du design italien.  

Élégance raffinée 

Les deux nouvelles versions de la montre Frédérique Constant Runabout affichent un design classique et sophistiqué affichant heures, minutes, secondes, date et fonction GMT 24h, à travers un cadran guilloché ponctué d’index luminescents appliqués. Le boîtier tripartite de 44 mm en acier inoxydable poli est doté d’un fond transparent dévoilant les subtilités mécaniques du mouvement FC-350, assorti d’un module GMT développé en interne. La première version se distingue par son cadran argenté avec aiguille GMT bleue. Le boîtier est monté sur un bracelet en cuir bleu marine assorti à l’aiguille. La seconde version arbore un cadran gris anthracite muni d’une aiguille GMT blanche en contraste, le boîtier se présentant sur un bracelet en cuir brun clair. Chaque modèle a été produit en édition limitée à 2 888 exemplaires. La montre est vendue dans un somptueux coffret boisé renfermant un bateau Runabout miniature en bois richement détaillé. 

Le partenariat entre Frédérique Constant et la Riva Historical Society se prolonge à travers ces deux nouveaux modèles de la collection Runabout, qui font revivre l’élégance et le panache des années 1920. 

SHOPPING

TUDOR : BORN TO DARE

Il a su s’imposer comme l’un des plus grands joueurs de tous les temps. Entrepreneur, philanthrope, icône de style, David Beckham, nouvel ambassadeur de la maison Tudor, incarne l'audace qui fait de cette marque ce qu'elle est aujourd'hui.

La philosophie : une Tudor est née pour oser

Née de la volonté d’aller au-delà de l’ordre établi, la philosophie horlogère de Tudor puise son inspiration dans son propre héritage, tout en adoptant les technologies les plus innovantes et en repoussant les limites de la créativité. 

Le fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, a créé la société Montres Tudor S.A. avec pour objectif d’explorer de nouveaux territoires, en proposant « une montre que (ses) concessionnaires puissent vendre à un prix plus bas que (ses) montres Rolex et qui soit digne de la même confiance traditionnelle ». 

Depuis, Tudor est restée fidèle à cette vision originale. Dans le strict respect des règles de l’excellence, le design des montres Tudor réinterprète un héritage d’exception à travers des produits véritablement uniques, qui marient avec audace originalité et modernité. 

Univers : Une Tudor est née pour aller plus loin

Les montres Tudor sont conçues pour ceux qui osent sortir de leur zone de confort. 

Elles offrent des performances exceptionnelles quelles que soient les conditions, des soirées habillées aux environnements hostiles. 

Au fil des années, les montres Tudor ont accompagné les individus les plus audacieux : sur les routes alpines au poignet d’intrépides pilotes, sur les glaces du Groenland durant l’expédition britannique de 1952, dans les airs aux côtés des parachutistes de l’US Air Force et sous la mer avec les hommes-grenouilles de la Marine Nationale. Elles ne les ont jamais déçu, offrant une résistance et une fiabilité à toute épreuve.  

Aujourd’hui, des montres professionnelles polyvalentes aux montres s à l’élégance intemporelle, la collection Tudor perpétue une tradition fondée sur une fiabilité absolue, en soumettant chaque montre à des tests de résistance, de précision et d’étanchéité particulièrement rigoureux, dépassant les standards de l’industrie.

Les montres Tudor s'adressent aux audacieux

Ceux qui portent les montres Tudor aujourd’hui ne sont guère différents de ceux qui les portaient il y a 50 ans. Ce sont des individus non conformistes, aux grandes ambitions. Ils vont au bout de leurs passions, peu importe où celles-ci les mèneront. Comme Tudor, ils s’inspirent de leurs expériences passées pour avancer et guider leurs décisions. 

Ils recherchent sans cesse de nouveaux défis pour élargir leur horizon. Ils savent apprécier l’excellence d’un savoir-faire. Ils connaissent les étapes de fabrication et la philosophie d’un produit de qualité. Ils choisissent  le meilleur essentiel, toujours dans l’air du temps.. 

Ceux qui portent une montre Tudor ont soif de découvertes et d’aventures. Ils vont toujours plus loin, sont curieux et audacieux. 

Ils sont nés pour oser.

 

SHOPPING

BLANCPAIN : ONLY WATCH 2017

Blancpain fut la première marque horlogère à soutenir l'Association Monégasque contre les Myopathies (AMM) dès 2001. Une nouvelle fois, la Manufacture présente une pièce unique à l'occasion de le vente caritative Only Watch qui aura lieu le 11 novembre 2017 à 14h30 à Genève. Un garde-temps directement inspiré du nouveau modèle Tribute to Fifty Fathoms MIL-SPEC, présenté cette année à Baselworld.

La montre Tribute to Fifty Fathoms MIL-SPEC "Only Watch unique piece" est équipée du calibre à remontage automatique 1151, composé de 210 éléments dont notamment deux barillets montés en série qui offrent une réserve de marche de 4 jours. Logé dans un boîtier en acier inoxydable de 40 mm de diamètre, le mouvement est visible grâce au fond saphir qui laisse également apparaître la masse oscillante en or massif revêtue de NAC (alliage à base de ruthénium) et parée pour l'occasion du nom "Only Watch" ainsi que du logo Blancpain.

Comme le modèle original, ce garde-temps réunit l’ensemble des critères techniques caractérisant les montres de plongée, comme établis par la Fifty Fathoms originale de 1953 et dès lors adoptés par l’ensemble de l’industrie horlogère. Pour cette pièce unique, les index et les aiguilles fixées sur un cadran noir, abordent une teinte jaune en Superluminova. Ces éléments reprennent les mêmes formes que celles du modèle MIL-SPEC 1 des années 1950. Le quantième est également d'une teinte jaune et la pastille d’étanchéité retrouve sa place à 6 heures. La lunette tournante unidirectionnelle noire, dont les indications sont aussi luminescentes et jaunes, est recouverte d’une bague en saphir inrayable. Cette innovation, introduite par Blancpain en 2003 avec la Fifty Fathoms « 50e Anniversaire », protège de l’usure. Ce garde-temps est étanche à 30 bar, soit environ 300 mètres. Cette pièce unique sera mise aux enchères avec un bracelet NATO.

Le modèle original Fifty Fathoms lancé en 1953 par Jean-Jacques Fiechter, CEO de Blancpain à l'époque et pionnier de la plongée sportive, est la première montre de plongée moderne. Ce garde-temps est porté par les nageurs de combat de l'armée française au début des années 1950. Conscient que la vie du plongeur est directement liée au bon fonctionnement de sa montre, Jean-Jacques Fiechter décide d'y ajouter une fonction additionnelle : une pastille d’étanchéité. Si un liquide quelconque réussit à se glisser à l'intérieur du boitier, un disque bi-couleurs situé à 6 heures signale le problème en passant du blanc au rouge. Ce garde-temps, appelé Fifty-Fathoms MIL-SPEC 1, est adopté par la Marine américaine dans les années 1957-58.

SHOPPING

ERES : SUBLIME COLLECTION ÉTÉ 2017

Inspirée par une âme voyageuse aux multiples facettes, la collection Bain Eté 2017 se décline en un vestiaire chic et coloré.

Les bijoux du thème Géométrique parent les maillots de détails façon Bakélite. La ligne imprimée Flagship nous évoque des uniformes de marins croisés au gré des vents. Dans cet esprit nautique et graphique, le thème Magic fait de la martingale un détail phare.

Cordoba, souligné d’une finition en point de maroquinerie, nous charme par son esprit ethnique. Tropik suit le tempo grâce à ses tresses spaghettis. Une vague de couleur nous emporte avec l’imprimé Multico.

Les thèmes Beachwear font écho aux lignes du Bain, les propositions sont multiples et vous accompagnent des matinées ensoleillées jusqu’au bout de la nuit. Le thème Dryfizz nous invite à profiter d’une balade en mer ou d’une baignade dans un confort absolu...

D’inspiration couture, le thème Ultra allie avec sophistication le crêpe de soie color block à une ceinture en tresses de satin multicolore. Notre voyageuse se vêtit d’un caftan qu’elle habille d’accessoires aux multiples couleurs, elle transforme son poncho en paréo, ses divers pochettes, sacs et sandales sont autant de prétextes aux sorties.

C’est à vous de jouer...

SHOPPING

DE BETHUNE : KIND OF BLUE

La DB28T adopte un boîtier en titane poli et bleui maintenu par des berceaux mobiles pour un confort maximal. Leurs ressorts épousent en effet la forme et les mouvements du poignet.

Son calibre mécanique à remontage manuel est équipé du tourbillon à haute fréquence et ultra rapide signé De Bethune. Le plus léger au monde avec ses infimes 0,20 grammes pour 63 composants, il bat au dixième de seconde et effectue une rotation complète en 30 secondes pour une chronométrie supérieure. Son balancier en silicium, tout comme la roue d’échappement, est cerclé d’un bord en or gris. Sa courbe terminale plate, placée sur le même plan que le spiral, compense les décentrages et facilite sa fixation. Deux barillets autorégulateurs développés à l’interne assurent un couple constant au calibre. Entièrement visible, ce dernier présente un pont de minuterie « delta » bombé en titane poli, bleui et constellé d’étoiles sous forme de micro sphères en or gris serties.

Décorés à la main, ses composants présentent plusieurs types de finitions de haute horlogerie, avec des rochets de barillets colimaçonnés et, au dos, une platine avec un perlage type « De Bethune ». Les heures sont marquées par des index flèche en or rose et, touche luxueuse, indiquées par des aiguilles squelettes façonnées dans le même métal.

Suprême et douce à la fois, la Kind of Blue DB28T émet une lumière unique émise par la matière elle-même. Elle est un parti pris en faveur d’une couleur aux radiations magiques.

DESIGN

PALMER JOHNSON : BUGATTI NINIETTE 66

Le constructeur automobile haut de gamme Bugatti s’associe au designer de yacht monégasque Palmer Johnson, et présente Niniette 66, premier modèle d’une gamme de “petits” yachts de 60 à 80 pieds !

Bugatti et Palmer Johnson ont combiné "leur pedigree dans la conception, leur technologie et la performance dans une vision ambitieuse de l'avenir des yachts sportifs", ont-ils annoncé en début de semaine dernière. Inspiré du modèle iconique Chiron, ils dévoilent,  Bugatti Niniette 66. Le résultat est bluffant tant les similarities entre le bateau et la voiture sont frappantes !  Le yacht hérite des sublimes courbes et du bleu emblématique de la Chiron.

Un retour aux sources pour le constructeur qui avait construit dans les années 30, un yacht unique pour le prince Carlo Maurizio Ruspoldi et qu’Ettore Bugatti avait baptisé Niniette, surnom de sa plus jeune fille, Lidia.

Mesurant plus de 26 mètres de long, la Niniette 66 dispose d’éléments de luxe rare pour un bateau de cette taille, avec notamment un jacuzzi, un bar à champagne et un barbecue. Cette Bugatti des mers combinant la puissance du constructeur français et l’élégance de Palmer Johnson atteint une vitesse maximale de 48 nœuds.

La Niniette 66 sera construit en édition ultra limitée (66 exemplaires uniquement) et coûte la bagatelle de 2,2 millions d’euros.

https://www.bugattininiette.com

BUGATTI NINIETTE

57 Rue Grimaldi
98 000 Monaco
Tel: +33 6079 32424

SHOPPING

GRAFF : LES ETERNAL TWINS

Une magnifique paire de diamants taille émeraude de 50.23 carats.

Au cours des cinq dernières décennies, la Maison de Joaillerie Graff a recherché avec passion le summum de l'excellence dans l’acquisition, la taille, le polissage et le sertissage des bijoux les plus fabuleux du monde. Avec une dévotion immuable en la transformation d'un rare diamant brut en un chef-d'œuvre poli, Graff a dominé la liste des pierres exceptionnelles taillées et polies ce siècle. 

Deux pierres identiques de proportions et de qualité admirables ont récemment rejoint la liste des diamants exceptionnels de Graff. 

Suivant la découverte d'un magnifique diamant brut de 269 carats dans la mine Lucara Karowe au Botswana , l’élite des gemmologues de Graff ont été chargés de mettre en œuvre le processus risqué qui est de déchainer son véritable potentiel. 

Ses défauts et nuances internes furent cartographiées avec précision par un système informatique spécialisé pour créer une réplique numérique exacte de l'état brut, qui fut ensuite étudié pendant de nombreuses heures afin de déterminer le caractère individuel de la pierre et la meilleure façon de le transformer en un chef-d'œuvre poli. 

Suivant une planification minutieuse, les artisans confirmés de Graff coupèrent la pierre brute à l’aide d’un laser, en vue de séparer et de définir les deux taillers émeraudes qui furent ensuites polies à la main par une équipe hautement qualifiée de la Maison. Deux diamants taille émeraude émergèrent des profondeurs de l'état brut ; identiques en poids et de proportions parfaites. 

Une taille émeraude est facettée différemment d’une taille brillant, expliquant l’augmentation de la visibilité des défauts ; la pureté la plus élevée est donc essentielle. La taille expose également un formidable jeu de lumière entre les facettes de la pierre, perfectionné par l'équipe d'experts de Graff. 

Couper et polir deux pierres de taille et poids identiques est incroyablement difficile et est un objectif décidé dès le début du processus. En outre, produire deux diamants taille émeraude D Flawless du même brut, chacun dépassant plus de 50 carats, est extrêmement rare et est un véritable témoignage des connaissances, des compétences et de l’engagement de Graff à repousser les limites de l'expertise de diamant.

Les Eternal Twins ont été sertis en une paire de boucles d'oreilles incorporant un total de 132,53 carats de diamants exceptionnels. Les maîtres artisans de Graff et l'équipe de design ont combiné une créativité et un feu remarquables pour créer ces remarquables bijoux. 

Ces joyaux, d'une beauté éternelle, passeront de génération en génération, prenant leur place dans l'histoire.

 

Produit disponible à :

Saint-Barth : DIAMOND GENESIS, Rue de la République, Gustavia

Monaco : GRAFF, Casino de Monte Carlo, Place du Casino

Genève : GRAFF, 29 Rue du Rhône

SHOPPING

AUDEMARS PIGUET: ROYAL OAK OFFSHORE DIVER

Après le succès du lancement des Funky Colours en 2016, Audemars Piguet présente cette année, une édition Royal Oak Offshore Diver dans des tons tout aussi colorés.

Issue de la nouvelle collection, cette Royal Oak Offshore Diver bleu foncé est vendue avec deux bracelets interchangeables en caoutchouc bleu ou jaune. Dotée de performances exceptionnelles, elle est étanche à 300 mètres et équipée d'une échelle de plongée ainsi que d'un réhaut tournant interne avec zone de 60 à 15 minutes jaune vif.

Elle est équipée d'une boîte en acier inoxydable, glace et fond saphir avec traitement anti-reflets, couronnes vissées surmoulées de caoutchouc bleu.

Modèle disponible chez Diamond Genesis, à Gustavia.

SHOPPING

CHANEL : Do you have a boy friend ?

Lorsque je l’ai vu, la première fois, c’était une évidence. 

Beau. Chic. Grand. Surtout pas prétentieux. Discret. Discret, oui, mais pas trop non plus :
c’est bien que ça se sache, que l’on est ensemble !

Parfait avec un jean, nickel avec une veste, sublime en tenue de soirée.

Le temps ne passe ni trop vite ni trop lentement. Juste le bon tempo.

Les autres ne sont pas jalouses... Enfin, un tout petit peu quand même.

Je ne l’ai pas DANS la peau, mais SUR la peau, juste au dessus, cela me permet de sourire tout le temps. Je me sens forte et confiante. Ce n’est pas seulement que je me sens plus belle, j’ai l’impression que le monde entier est plus beau.

Je me dis qu’il suffit de porter quelque chose au poignet pour avoir confiance en l’avenir.

Découvrez BOY.FRIEND de Chanel, une montre à l’allure masculine totalement dédiée aux femmes.

Disponible chez Diamond Genesis, à Gustavia.

DESIGN

PALMER JOHNSON : BUGATTI NINIETTE 66

Le constructeur automobile haut de gamme Bugatti s’associe au designer de yacht monégasque Palmer Johnson, et présente Niniette 66, premier modèle d’une gamme de “petits” yachts de 60 à 80 pieds !

Bugatti et Palmer Johnson ont combiné "leur pedigree dans la conception, leur technologie et la performance dans une vision ambitieuse de l'avenir des yachts sportifs", ont-ils annoncé en début de semaine dernière. Inspiré du modèle iconique Chiron, ils dévoilent,  Bugatti Niniette 66. Le résultat est bluffant tant les similarities entre le bateau et la voiture sont frappantes !  Le yacht hérite des sublimes courbes et du bleu emblématique de la Chiron.

Un retour aux sources pour le constructeur qui avait construit dans les années 30, un yacht unique pour le prince Carlo Maurizio Ruspoldi et qu’Ettore Bugatti avait baptisé Niniette, surnom de sa plus jeune fille, Lidia.

Mesurant plus de 26 mètres de long, la Niniette 66 dispose d’éléments de luxe rare pour un bateau de cette taille, avec notamment un jacuzzi, un bar à champagne et un barbecue. Cette Bugatti des mers combinant la puissance du constructeur français et l’élégance de Palmer Johnson atteint une vitesse maximale de 48 nœuds.

La Niniette 66 sera construit en édition ultra limitée (66 exemplaires uniquement) et coûte la bagatelle de 2,2 millions d’euros.

https://www.bugattininiette.com

BUGATTI NINIETTE

57 Rue Grimaldi
98 000 Monaco
Tel: +33 6079 32424

SHOPPING

LOUIS MOINET : 200 ANS DU CHRONOGRAPHE

Pour honorer la mémoire de son illustre fondateur, Louis Moinet dévoile aujourd’hui, à l’occasion de ses 10 ans, une création visionnaire qui place le chronographe non plus comme complication mais comme élément central de la montre.

Quand le chronographe devient fonction première...et l’heure la complication

Pour donner vie à ce concept, Louis Moinet est repartie, il y a bientôt trois ans, d’une feuille vierge.  « Nous ne pouvions pas nous aider des travaux existants : tous partaient du postulat que le chronographe était une complication additionnelle à la fonction horaire », explique Jean-Marie Schaller. « Notre point de départ était à l’opposé : faire table rase du passé et faire du chronographe le point de départ de notre création, son élément central, auquel l’on ajoute accessoirement une fonction horaire, et non l’inverse ».

En somme, les Ateliers Louis Moinet firent comme l’inventeur du chronographe en son temps : repenser l’horlogerie dans son intégralité au lieu de prendre un modèle existant pour tenter de le dépasser.

La pièce tient toutes ses promesses. L’action du chronographe peut être admirée dans son intégralité, dès que l’on enclenche le poussoir. La roue à colonnes orchestre alors le ballet du mécanisme d’acier et de rouages, pour transmettre son information aux aiguilles. Le chronographe trône seul côté cadran. On comprend ainsi d’autant mieux qu’il ne s’agit ni d’un squelette ni d’un module additionnel : ce mouvement inédit a été conçu pour et autour du chronographe.  Par ailleurs, Louis Moinet a pris le parti de garder au dos du mouvement, sous la platine, le mécanisme traditionnel du mouvement automatique.

Une redéfinition complète de l’habillage

Pour le mettre en beauté, Louis Moinet a redéveloppé la quasi-totalité des éléments d’habillage : nouvelle boîte, nouvelles aiguilles, nouveau cadran, nouvelle masse oscillante, nouvelle boucle déployante, etc.

En prime, Louis Moinet a imaginé un usage totalement exclusif de la pierre de synthèse. Cet élément destiné à assurer les bons pivots et la bonne lubrification des composants du mouvement a trouvé un nouvel usage hors de ce dernier.  Le zircon noir est ainsi proposé, accompagné de son chaton vissé, en guise d’ornement des cornes.

Au final, Memoris se présente sous le visage d’un garde-temps de 46 mm, proposé en or rose ou en or blanc, dans trois séries limitées de 60 exemplaires chacune. Evocation de la mémoire, c’est-à-dire de ce qui vit aujourd’hui sur les bases de l’histoire, elle forme le trait d’union entre l’héritage de Louis Moinet et la vision créative des Ateliers qui honorent aujourd’hui sa mémoire.

SHOPPING

FRED COLLECTION 8°0

FRED écrit un nouveau chapitre à son histoire créative et dévoile les bracelets 8°0. Une ligne de nouveaux bracelets qui délivrent un message aussi puissant qu’un mantra : créez et définissez votre propre vision de la chance.

Parce que certains liens se tissent avec une évidence naturelle, FRED imagine pour les bracelets 8°0 un nouveau design graphique et épuré : un nœud aux courbes généreuses, une boucle qui s’enroule comme un lien porte-bonheur en or jaune, blanc ou rose, semi-pavée ou entièrement pavée.

Ces volutes sans début ni fin se lisent en effet et au gré de l’imagination de chacun : sinueux comme le symbole de l’infini, et donc pourquoi pas d’un amour éternel, 8 renversé et, à ce titre, chiffre synonyme de bonne fortune dans certaines cultures... L’interprétation est laissée volontairement libre, à la manière d’un talisman auquel on attribue des vertus, des forces et des images qui nous sont personnelles, qu’on soit une femme ou un homme. En effet, le bracelet 8°0 se remarque aussi par son style universel, qui s’attache autant à un bras féminin qu’à un poignet viril. Sa boucle est retenue par un bracelet de cuir noir, brun, bleu navy ou marine dont la douceur se patinera avec le temps, retenant ainsi en lui tous les souvenirs de la personne qui le porte.

8°0 : ces deux chiffres au tracé pur et esthétique ne sont pas également sans rappeler huit décennies de création d’une Maison qui fête ses 80 ans. Car cette nouvelle ligne puise son élégance dans la philosophie du fondateur Fred Samuel pour qui les bijoux devaient être, par leur légèreté et la grâce de leur porter, un véritable symbole de liberté et d’expression. À votre tour, donc, d’exprimer et de définir votre vision de la chance au travers de ce nouveau bracelet porte-bonheur...

SHOPPING

LE STYLE, SINON RIEN : HUBLOT S'HABILLE EN BERLUTI

La Classic Fusion, c’est l’association entre le cuir Venezia emblématique de Berluti et sa célèbre patine et les innovations de Hublot en matière d’horlogerie. La fusion des expertises distingue cette édition limitée, en lui conférant une personnalité audacieuse et caractéristique. 

« Du style sinon rien. Après le jeans, la dentelle, nous souhaitions poursuivre l’exploration de matières mythiques habillant nos cadrans et nos bracelets. Le cuir est un classique de l’horlogerie pour les bracelets, nous voulions dépasser l’approche classique du cuir et travailler LE CUIR le plus emblématique qui soit. Aussi notre collaboration avec la Maison Berluti s’est imposée d’elle-même. L’une des difficultés majeures, le cadran. Il est très complexe d’utiliser une matière vivante dans un boîtier étanche. De plus, atteindre une correspondance parfaite de nuances entre le cadran et le bracelet relève aussi du défi ». Ricardo Guadalupe, CEO Hublot 

Hublot et Berluti sont de véritables alchimistes du monde moderne. Ces deux marques de renom ont souhaité créer une montre qui ait une âme et du caractère.
Pour fêter le 120ème anniversaire du chausseur parisien en 2015, un entrelacs de bracelets et de cadrans a été créé pour le modèle Classic Fusion. La combinaison ingénieuse de la montre et des chaussures offre un véritable symbole d’élégance, la définition même de l’esprit du gentleman classique. 

« Après avoir habillé l'homme Berluti de la tête aux pieds, notre collaboration avec Hublot voit la création d’une montre parfaite apportant la touche finale au vestiaire masculin. Nos deux Maisons partagent le même niveau d'expertise ainsi que la passion de l'excellence ». Antoine Arnault, CEO de Berluti 

Le cuir Venezia de Berluti, au tannage exclusif, est le résultat de l’inventivité d’Olga Berluti. C’est cette matière naturelle et noble qu’Hublot a utilisée pour ses cadrans. Le processus, complexe et délicat, nécessite de neutraliser les éléments organiques du cuir, pour rendre chaque cadran inimitable. L’édition limitée est disponible en deux modèles : leurs bracelets et cadrans révèlent le savoir-faire authentique de la maison Berluti. Cette collaboration entre Hublot et Berluti, le créateur de la face du cadran principal et celui du bracelet, offre une nouvelle définition de l’excellence et d’un style reconnaissable entre tous.

Ce modèle est disponible chez Carat, à Gustavia.

ART

MARYAM EISLER

Maryam Eisler est une photographe artistique, rédactrice et mécène qui vit à Londres. Née en Iran, elle a grandi à Paris puis étudié dans les plus grandes écoles internationales en France et aux Etats-Unis. Elle est notamment titulaire d'un BA du Wellesley College et d'un MBA de l'université de Columbia. Elle a contribué à la rédaction et à la publications d'ouvrage artistiques de renoms tels que : "Sanctuary: Britain’s Artists and their studios" ; "Art Studio America: Contemporary Artist Spaces" ; "London Burning: Portraits From a Creative City"  en collaboration avec les maisons d'édition TransGlobe Publishing et Thames and Hudson.

Elle a récemment organisé sa première exposition solo à la Space Gallery à St Barth.

Nous avons eu la chance de la rencontrer pour discuter de son travail et ses sources d'inspiration.

Racontez-nous l'histoire et l'approche artistique derrière la série de photo  "Searching for Eve in the American west" que vous exposez en ce moment.

"J'ai toujours été passionnée par la culture et la spiritualité améridienne. Alors que je travaillais sur le livre "Art Studio America: Contemporary Artist Spaces", j'ai suivi les traces de l'artiste Georgia O'Keffe dans un voyage à travers les paysages du Nouveau Mexique pour visiter sa maison et studio du côté d'Abiquiu. J'ai été profondément émue par cette nature hostile, imposante et une lumière... quelle lumière ! J'ai ressenti l'intemporalité de ce paysage qui faisait écho à l'Art et aux mots de Gerogia O'Keeffe : " un espace isolé et préservé de tout sentiment, que j'appelle "lointain"... c'est un endroit que j'ai peint auparavant et que je ressens à nouveau aujourd'hui le besoin de peindre". Moi même, je n'ai pas résisté à l'envie d'y retourner. Mais cette fois, en tant qu'artiste, munie de mon appareil photo pour seul moyen d'expression de mes sentiments. Il s'agissait cette fois de partir à la découverte de moi-même, une sorte de voyage initiatique. J'ai passé des journées entières en randonnée à travers les déserts arides et les canyons inhospitaliers du Nouveau Mexique. Une fois encore, j'étais comme envoutée par le pouvoir de cette nature, éclairée d'une lumière presque mystique. Alors que je photographiais Maralah et Wakanda, mes deux modèles amérindiennes, dans cette nature si dure, j'ai ressenti ce qu'avait pu être l'origine du monde. J'ai vu la représentation d'Eve, majestueuse sur les lignes rocheuses, aussi sensuelle et puissante que la nature qui l'entoure. Elle est devenue ma muse, mon inspiration."

La femme et le pouvoir de la féminité sont au coeur de votre travail, vous définissez-vous comme féministe ?

"Oui, vous pouvez dire que je suis féministe. Dans mon travail, je célèbre la Femme avec un grand F. Les grandes figures féminines sont pour pour moi une source infinie d'inspiration. L'été dernier, par exemple, alors que je voyageais dans le sud de la France, j'ai visité les "Carrières de Lumières"  à côté des Baux-deProvence, où jean Cocteau a tourné le testament d'Orphée en 1960. Inspirée par les lieux, je n'ai pu résister à l'envie de shooter ma propre vision de la nymphe Eurydice. En résulte ma seconde série de photos : "Eurydice en Provence", une ode à la beauté et à la divine féminité."

Vous êtes née en Iran, vous avez étudié en France et aux Etats-Unis... Quelle culture vous a le plus influencée ?

"J'ai eu la chance de naitre dans une famille très ouverte au Monde et de grandir dans un environnement international. Ainsi, je navigue aisément entre ces trois cultures qui me nourrissent toutes trois à parts égales."

Maryam Eisler est une femme très inspirante... Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls à le penser puisqu'elle a été élue l'une des "100 femmes les plus puissantes du monde de l'Art" par The Artnet, en 2014.

Pour en savoir plus sur cette artiste et son travail, vous pouvez contacter la Space Gallery par email : info@spacesbh.com

GASTRONOMIE

UN CHAMPAGNE BIO-CHIC ENVOÛTANT

Quand Frédéric Zeimett reprit la direction générale de Leclerc-Briant en 2012, bon nombre d’observateurs s’interrogèrent sur l’avenir de cette ancienne maison champenoise.

La marque repartait de zéro ou presque après la disparition de Pascal Leclerc-Briant, l’héritier d’une dynastie de producteur de Champagne dont l’origine remonte au XIXème siècle. La majorité des vignes avait été vendue à ses concurrents et le couple d’américains qui racheta la société hérita seulement des bâtiments, du vin reposant dans les caves et de quelques ares de vignoble.

En quatre petites années, Leclerc-Briant est devenu le chouchou des amateurs et fins connaisseurs de Champagne qui s’extasient de son sens de l’innovation et de la découverte de nouvelles saveurs. La Revue des Vins de France et le guide Bettane Desseauve viennent de lui donner un coup de cœur très remarqué pour son Champagne Blanc de Meuniers premier cru, élaboré exclusivement avec du pinot meunier, le « parent pauvre » des cépages de Champagne. Du jamais vu dans cette région où la tradition est bien enracinée dans les terroirs.

Avec humilité pour un homme qui a 30 ans d’expérience aux plus hautes fonctions dans des maisons aussi prestigieuses que Moët et Chandon et Chapoutier, Frédéric Zeimett attribue avant tout ce succès au talent d’Hervé Jestin, son chef de cave, un œnologue connu pour son amour de la biodynamie. « Hervé Jestin a une approche très originale de son métier, confie Frédéric Zeimett, c’est l’homme qui murmure à l’oreille du vin.  Il fait de la biodynamie poussée à l’extrême, à la fois dans la vigne et dans la cave et cela explique la grande singularité de nos vins. »

Il y a désormais une signature Leclerc-Briant unique et parfaitement reconnaissable par ses Champagnes extrêmement vibrants, verticaux et très précis. Avec une recherche du fruit, des arômes, une touche de salinité très marquée et une absence quasi-totale de sucre. Un Champagne qui s’exprime sans artifice, sans cosmétique, un vin qui se présente dans sa plus grande naturalité avec une certification végétalien.

« Il se passe quelque chose pendant les dégustations, ajoute Frédéric Zeimett, il y a une réaction physiologique avec une grâce et une émotion très particulière. »

La tête de cuvée Divine Solera en est le vibrant témoignage. Ce millésime « perpétuel «  offre une symphonie de saveurs avec plusieurs générations de vins qui s’épanouissent en totale harmonie. Un raffinement exceptionnel à l’image de tous les Champagnes Leclerc-Briant.

SHOPPING

HARRY WINSTON : PREMIER MOON

Harry Winston dévoile la Premier Moon Phase 36mm, un garde-temps poétique alliant le raffinement de la nacre à la sophistication de la phase de lune.

La Phase de Lune à l’honneur

Comme sortie d’un rêve nocturne, la Premier Moon Phase 36mm raconte l’histoire d’une lune qui, après une apparition éclatante, se dissimule tout en douceur derrière une dentelle de nacre blanche délicatement ajourée.

Le cycle lunaire, les heures, les minutes et l’indication de la date sont animés avec précision par le mouvement à quartz HW5201 exclusif à la Maison Harry Winston. Le parcours de cet astre se révèle au centre du garde-temps par un ajour en forme de croissant, tandis que l’heure et les minutes sont suggérées par d’élégantes aiguilles biseautées. L’indication de la date en chiffres arabes apparaît à 6 heures par un guichet rond orné d’un fin liseré doré.

Des contrastes nacrés, des formes rondes, des feux éclatants

Le sublime cadran de la Premier Moon Phase 36mm associe divers matériaux et techniques artistiques qui lui confèrent un aspect tridimensionnel: nacres soigneusement sélectionnées, teintes contrastées et volumes savamment travaillés.

La grâce qui se dégage du cadran provient de deux nacres qui se superposent. La première, d’un blanc immaculé, évoque la lumière, tandis que la seconde, d’un bleu perlé, rappelle l’azur profond du ciel nocturne.

Le contraste de cette composition attire irrésistiblement l’attention vers le centre de la pièce, où resplendit la phase de lune. Des cabochons en or disposés aux extrémités du cadran viennent ponctuer la lecture du temps, donnant ainsi vie à cette douce mise en scène sur laquelle l'émeraude si chère à Harry Winston placée à 12 heures semble veiller. Les 18 diamants taille brillant regroupés à 6 heures répondent aux 12 index en diamants taille brillant répartis sur l'ensemble du pourtour. Joints à ceux de la lunette, des arches et de la boucle, ils suscitent un ensemble scintillant de 2,58 carats. Cet éclat fait écho à l’or rose 18 carats de la boîte de 36 mm de diamètre et aux accents irisés du bracelet en alligator blanc. 

SHOPPING

Geophysic® : nouvelle collection de Jaeger-LeCoultre

Connue pour sa maîtrise horlogère et son talent créatif, Jaeger-LeCoultre a aujourd’hui le désir de partager le fruit de son savoir-faire avec un public plus large. Pour cela, elle dévoile une collection inédite aux traits purs et clairs, galvanisée par un nouveau calibre de Haute Horlogerie qui concentre l’esprit d’innovation de la Manufacture. La ligne Geophysic® révèle son histoire - palpitante - pour mieux raconter la nôtre.

Le premier abord est limpide, un manifeste d’élégance et d’équilibre. Chaque pièce de la ligne Geophysic® procure plusieurs niveaux de lecture, elle libère peu à peu un contenu horloger fort et innovant, exprimé dans les codes du registre classique. Raffinée et contemporaine, elle affirme son caractère masculin tout en subtilité.

Son nom est celui d’une montre qui appartient aussi bien à l’histoire universelle qu’au patrimoine de la Manufacture. En 1958, l’Année Géophysique Internationale, Jaeger- LeCoultre crée pour les scientifiques en mission un chronomètre d’une résistance extrême puisque capable d’affronter les champs magnétiques du pôle Nord sans perdre de sa précision.

La Grande Maison choisit de faire revivre ce nom de légende dans deux modèles qui marient esthétique, technique et facilité d’utilisation du XXIe siècle : la Geophysic® True Second® et la Geophysic® Universal Time.

Raffinement et discernement

Il n’est jamais de simple extériorité chez Jaeger-LeCoultre. Ainsi le boîtier de la Geophysic® True Second® est-il très précisément de 39,6 millimètres. Elégant et rassurant, ce diamètre signe l’ancrage culturel avec la Haute Horlogerie. Mais il faut surtout voir ici la recherche de la dimension qui sied le mieux à cette montre, afin qu’elle exprime une harmonie parfaite.

Geophysic® explore les nuances d’un classicisme contemporain, que confortent les aiguilles classiques, dans les codes de la vallée de Joux, et les index linéaires. L’esthétique du boîtier dévoile à son tour une facette de sa personnalité dans des finitions dignes des modèles les plus précieux de la Maison. Les cornes ne sont pas fondues dans la carrure, mais détachées du boîtier dans un design plus tendu qui joue la rupture. Les profils de cornes sont polis afin de mieux souligner leur silhouette racée. Invisible au premier regard, on découvre en faisant connaissance avec sa montre que la lunette est légèrement dépassante. Elle chevauche une infime partie du boîtier et des cornes pour un effet d’une grande pureté. Le fond de la montre est vissé, à l’instar du modèle de 1958, pour une plus grande étanchéité. Ainsi, le regard ne s’attarde sur aucune vis dans un souci de fluidité, tandis que la montre possède la fiabilité inhérente à ce système qui équipe traditionnellement les montres de plongée. Enfin le réhaut fait lui aussi écho à la pièce d’inspiration en présentant des points de Super-Luminova® très dynamiques qui autorisent une lecture la nuit. Par petites touches, le ton est donné, juste et empreint de finesse, sans ostentation, pour laisser place à l’émotion que la montre suscite naturellement.

A nouvelle collection nouveau calibre de haute précision

Signature de la collection Geophysic®, les Calibres Jaeger-LeCoultre 770 et 772 à remontage automatique sont désormais synonymes de haute précision et de beauté mécanique. Ces calibres ont mobilisé les ingénieurs les plus pointus du Pôle Recherche et Développement de la Manufacture, ceux qui par la force de leur expertise et de leur imagination possèdent une réelle capacité d’innovation. Celle-ci prend la forme d’un balancier atypique, dont la configuration non circulaire a nécessité un long travail de recherche afin de réduire les frottements avec l’air. Le Gyrolab®, c’est son nom, a initialement été développé dans une version laboratoire en 2007 pour équiper la montre Master Compressor Extreme Lab 1. Huit ans ont été nécessaires pour passer de cette version confidentielle à une version pouvant être intégrée à une ligne toute entière. Geophysic® est la première collection à entièrement bénéficier de cette avancée déterminante au regard de la précision de la montre.

Cette précision s’exprime également par la seconde vraie. Par ce dispositif, l’aiguille des secondes se déplace en « battant la seconde », c’est à dire en effectuant un saut à chaque seconde, ce qui n’est pas ordinaire pour un mouvement mécanique, et cela sans perturber la marche de la montre. La seconde vraie est le fruit d’une construction extrêmement sophistiquée dont la magie se traduit sur le cadran par une lecture des secondes joliment cadencée. Ce savoir-faire, maîtrisé par la Maison depuis le XIXe siècle, témoigne du véritable caractère d’instrument que revêt la Geophysic.

Pour Jaeger-LeCoultre, la performance mécanique n’a de sens que si elle s’accompagne de beauté. Dans un premier face à face, le calibre exprime sa filiation avec la lignée des mouvements automatiques caractéristiques de la Grande Maison. Puis l’œil prend conscience des volumes, plus épanouis, des proportions des ponts, tout en puissance. Ces surfaces larges s’offrent au décor Côtes de Genève qui s’exprime ici avec force. Le temps, l’énergie, la patience infinis consacrés aux finitions sur la collection Geophysic® se matérialisent littéralement par la prise de lumière du calibre.

Toujours riches en surprises, les calibres de la collection Geophysic® sont les premiers à proposer une masse oscillante - réalisée d’un seul bloc en or massif - au motif de l’ancre qui constitue le logo de la Maison. Ainsi ajourée, plus ouverte qu’une masse classique, elle permet à l’œil de reconstruire le mouvement qu’elle dévoile généreusement lors de ses circonvolutions.

Il se dégage de ces calibres une impression prononcée de technicité, à l’image du moteur d’un bolide que l’on sait taillé pour la performance. Leur fiabilité et leur précision sont certifiées par l’intransigeant « Contrôle 1000 heures » que Jaeger-LeCoultre est la seule à pratiquer. En dépit de la sophistication de leur mécanisme, ils n’en demeurent pas moins fonctionnels et faciles à régler par un simple positionnement de la couronne. Une transposition de la philosophie du modèle historique dans une montre résolument contemporaine.

En version True Second® ou Universal Time, la Geophysic® porte en elle une intensité qui l’inscrit dans la durée. Elle cultive l’attitude que notre époque appelle. Son message est celui d’une simplicité et d’une complexité en harmonie.

ART

PHILIPPE PASQUA

« Philippe Pasqua, né le 15 juin à Grasse. A commencé à peindre en 1985 et n'a jamais arrêté »

Philippe Pasqua est un autodidacte et un solitaire. A l'âge de 18 ans, il commence à peindre avec des matériaux de récup. et de la peinture en bâtiment. Il a beaucoup observé et travaillé pour créer son monde... Aujourd'hui, son style singulier fait de lui l'un des artistes majeurs de sa génération.

Dans la lignée des grands portraitistes  modernes tels Francis Bacon, Lucian Freud ou Jenny Saville, il a choisit la peinture pour exprimer toute la vulnérabilité et l’intimité des visages et des corps qu’il représente.

L’être humain est la source d’inspiration première de sa peinture.

Ses tableaux sont violents, puissants, imposants. Sa motivation première n‘est pas l’esthétisme mais l’expressivité « je vis physiquement et librement la peinture ». La représentation de ses modèles n’est pas dans le réalisme mais dans l’impression. Les couleurs sont allégoriques et ses tableaux ont quelque chose d’inachevé qui transmet l’émotion. : “J'aime le côté inachevé mais quand même très construit, même s'il y a chez moi une gestuelle très libre, des accidents, pour casser le côté académique. Le dessin donne la forme aux êtres et la couleur donne la vie ».

De tous formats, ses peintures peuvent être gigantesques et atteindre 6 mètres de haut. L’amplitude des gestes de l’artiste et le travail de la matière commandent le format monumental de ses toiles.

Pour toutes informations (prix, disponibilités, informations sur les autres œuvres, ...), contacter :

Cédric Calmels, U-Art

Art Dealer

cedric@u-artsite.com / +33611083047

ESSAYEZ
L'APPLICATION !

Profitez de toutes les
fonctionnalités de notre site Web sur votre téléphone.

Profitez de la fonction « Around me » et découvrez tout ce qu’il y a autour de vous dans notre sélection.

RESTEZ À JOUR

Abonnez-vous à notre lettre d'information